Apnées du sommeil et BPCO, liaisons dangereuses

Cette année, les Journées Pratiques Respiration Sommeil 2017 (JPRS) se sont déroulées du 5 au 8 octobre, accueillies pour la première fois au Palais des Congrès de Bordeaux. Ces rencontres annuelles entre professionnels de santé et grand public furent l’occasion d’approfondir les nouveaux enjeux de la prise en charge de la BPCO, de souligner la grande fréquence des troubles du sommeil chez les personnes BPCO mais aussi de lever le voile sur une association de mieux en mieux connue et étudiée, à savoir la coexistence, chez une même personne, d’une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et de troubles du sommeil, en particulier le syndrome des apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS), ces pauses respiratoires prolongées chez une personne endormie.

Les données sont encore parcellaires sur la prévalence de ce syndrome appelé "Overlap syndrome" ou "syndrome de chevauchement". Un indice nous est pourtant fourni par la cohorte régionale d’Aquitaine PALOMB constituée de personnes BPCO : les apnées du sommeil diagnostiquées par le pneumologue sont présentes chez 20% d’entre-elles !

D’où mes deux messages : en cas de BPCO, pensez à parler de vos éventuels troubles du sommeil à votre médecin ou pneumologue. Le cas échéant, lorsqu’un Syndrome Overlap a été diagnostiqué, prendre en charge les apnées du sommeil est essentiel chez une personne BPCO, non seulement pour un meilleur confort de vie avec des nuits réparatrices, mais aussi parce que le traitement des apnées par la Pression Positive Continue a démontré son intérêt pour corriger la surmortalité et le risque cardiovasculaire associé aux apnées du sommeil.

Enfin, parce que nous sommes à la mi-novembre, j’encourage toutes les personnes motivées à franchir le pas et à écraser leur dernière cigarette. L’Association est partenaire officiel du Moi(s) sans tabac.

Dr Frédéric Le Guillou,
Président de l'association BPCO