Respirh@cktion : 2ème édition du hackathon des maladies respiratoires

Respirh@cktion est le 1er hackathon européen dédié aux pathologies respiratoires. La seconde édition revient, à la faculté de médecine de Lille du 17 au 19 novembre 2017, pour 48h d’émulation collective au service de quinze projets en pneumologie.

 

Qu’est-ce qu’un « hackathon » ?

Ce terme est un mot-valise, constitué de hack et marathon. En résumé, sa finalité est de coder rapidement quelque chose de malin (d’où le « hack ») de manière intensive. Une sorte de « sprint de créativité » popularisé depuis les années 2000 par Facebook ou Google.

Le temps de quelques jours ou d’un week-end, développeurs informatiques, industriels, partenaires institutionnels, juristes, marketeurs, mais aussi, dans le domaine de la santé, les soignants et les associations de patients, se réunissent par équipe autour d’une table pour concrétiser un projet. L’idée est de faire germer un processus créatif dans le domaine de l’innovation numérique, au sein de domaines divers, ici dans celui de la santé et en particulier des maladies respiratoires. Le hackathon est un phénomène émergent où se croisent et se forment des expertises en santé ou tout autre domaine, en design, créativité, informatique, data, industrie, juridique etc.

Respirh@cktion est le premier hackathon « santé » en Europe dédié entièrement aux maladies respiratoires (BPCO, apnées du sommeil, asthme, cancer du poumon et maladies pulmonaires interstitielles). Des hackathons existent déjà en santé. Mais l’originalité de Respirh@cktion est d’être commandité par les associations de patients et de médecins (Alliance Apnées du Sommeil, Associations de Perfectionnement postuniversitaire des pneumologues-APP, Asthme & Allergies, Association BPCO, Fédération française des associations et amicales de malades insuffisants ou handicapés respiratoires- FFAAIR, Fédération française de pneumologie, La Fondation du Souffle, Syndicat de l’Appareil Respiratoire, Société de Pneumologie de Langue Française -SPFL) et non pas par des entreprises privées ou des geeks.

 

A quoi sert cette « programmation informatique collaborative » en santé ?

En santé, il s’agit d’inventer des solutions digitales innovantes pour améliorer la prise en charge et le suivi au quotidien des pathologies respiratoires, à la fois au service des patients et des soignants. Ce peut être des applications santé, des objets connectés, de la gestion de bases de données, du Big Data, des serious games ou de la coordination des acteurs.

Concrètement, l’objectif lors du hackathon est de tester une idée, de concevoir un prototype d’application en quelques heures pour des projets préalablement sélectionnés, dans un esprit d’émulation et de compétition. Plusieurs équipes participent et un jury désigne les gagnants à la fin du temp imparti.
Une limite intrinsèque est le manque de temps qui peut empêcher le prototypage des projets trop complexes. Mais c’est aussi un lieu et un moment où les projets peuvent naître, quitte à être poursuivis ensuite.

Caroline Mascret, présidente de l’association Loi 1901 Shape My Health, organisatrice du Respirh@cktion : « La première édition, en 2016, a dépassé nos espérances en termes de participation (dix personnes environ pour chacun des quinze projets en lice) et surtout, l’ensemble des projets est sur le point d’aboutir. C’est la différence avec la grande majorité des hackathons où, à la fin de week-end, c’est « rideau » et rares sont les idées qui voient le jour, concrètement. Notre philosophie est de réaliser après le hackathon un vrai suivi des projets, et pas uniquement de ceux qui auront été primés, et de veiller à leur aboutissement, en fournissant une aide logistique et financière ».

 

Qui peut participer ?

N’importe qui peut déposer une idée. Malades et leur entourage, associations et fédérations de patients, professionnels de santé… sont les bienvenus pour participer. Le vote pour la sélection des projets est aussi ouvert à tous, via le site http://www.respirhacktion.com/.

Les financements proviennent des sponsors (industriels du médicaments, start-up, mutuelles etc.) et l’événement se déroule sous l’égide de partenaires institutionnels, ici la Fédération hospitalière de France, l’ARS Ile de France etc. Les investisseurs peuvent aussi repérer dans les hackathons des bonnes idées, des talents ou y dénicher le prochain projet qu'ils vont soutenir. Des écoles, des entreprises, des institutions peuvent organiser des hackathons. C’est un choix, tous les projets du Respirh@cktion tombent sous le coup de l’open data, sans propriété intellectuelle.

 

Quels étaient les projets du Respirh@cktion 2016 ?

Il n’y a pas que les projets primés par le jury qui peuvent aboutir. ETP Advisor.fr, par exemple, est une plateforme web qui a pour objectif de développer l’accès aux programmes d’ETP en mettant en relation patients, médecins et coordinateurs. S’ils n’ont pas gagné au Respirh@cktion 2016, un partenaire a cependant mis à leur disposition deux stagiaires issus de Centrale-Supélec pendant dix mois pour construire la base de données.  

 

Voici quelques projets du Respirh@cktion 2016 :

Un sommeil de marmotte : Application, destinée aux enfants et parents, pour apprendre de façon ludique avec un imaginaire adapté aux enfants.

Optimisation de la Ventilation Non Invasive (OVNI) : Plateforme interactive sécurisée permettant aux patients atteints d’insuffisance respiratoire chronique d’optimiser leur ventilation au domicile.

Meyko : Un compagnon connecté et ludique qui prend soin des enfants asthmatiques pour améliorer l’adhésion au traitement de fond.

Optim'Haler® : Un « dispositif intelligent » de suivi de traitement pour aérosol-doseur.

AdaptO2 Adaptation automatique du débit d'O2 à une mesure de la saturation O2 en continu.

JOE : Petit robot intelligent et interactif qui aide les enfants de 6 à 12 ans à être autonome dans la prise de leur traitement.

Pneumotox 3.0 : Créer, pour les soignants confrontés à une possible pathologie respiratoire médicamenteuse, une page personnelle sauvegardable afin d’évaluer la responsabilité exacte du médicament.

Bware : Coach prévention santé des asthmatiques et des allergiques.

Projet Buzz-Air : Application nomade munie de capteurs qui permet de se déplacer dans des zones de confort sur la Qualité de l’Air. 

 

Droits visuel : RespirH@cktion